Allergie au lait de vache: La Mandorle et son lait d’amande

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La boisson végétale aux amandes peut être consommée en alternative au lait animal à tout âge, particulièrement lors du sevrage des nourrissons en réponse aux problèmes d’allergie et/ou d’intolérance.
Depuis de nombreuses années, cette boisson est utilisée avantageusement par quelques rares enfants en cas d’allergie ou d’intolérance aux laits maternels ou maternisés. L’amande se positionne parmi les oléagineux les moins allergisants. Riche en calcium végétal bio disponible, elle répond aux besoins de la croissance et de la minéralisation. Sa haute teneur en magnésium et en vitamine B en fait également un aliment de choix pour l’équilibre nerveux et les situations de stress du quotidien.

Une étude récente italienne démontre la supériorité et la bonne tolérance d’un lait d’amande sur les autres boissons, « lait de soja » ou à base d’hydrolysat de protéines, pour le traitement d’enfants présentant soit une allergie, soit une intolérance au lait de vache.

Cinquante-deux enfants de cinq à neuf mois allergiques ou intolérants ont été répartis en trois groupes. Vingt-six ont été nourris avec une boisson végétale aux amandes, treize avec une boisson végétale à base de soja et treize avec des hydrolysats de protéines de lait. Un meilleur état de santé de tous les enfants a été constaté en cinq à douze jours, les tests biologiques ont également été améliorés. Les courbes de poids et le développement ont été identiques dans les trois groupes : 23% des enfants nourris avec les boissons à base de soja et 15% de ceux nourris avec des hydrolysats de protéines de lait ont développé secondairement une allergie à ces produits, ce qui n’a pas été le cas pour le lait d’amande.

20 ans d’expérience dans l’utilisation du lait d’amande nous ont permis de constater son efficacité en cas d’intolérance au lait de vache et aux boissons à base de soja. Avec les années et la recherche, il a été possible d’améliorer leur efficacité et de les conseiller lors des sevrages maternels, partiels ou non. En retirant l’enveloppe de l’amande lors de l’émondage, on ôte l’acide phytique déminéralisant. Cette approche est un des premiers critères à prendre en compte.

Toutes les laits d’amande ne sont pas identiques car, d’une part, les fabricants appliquent des techniques plus ou moins sophistiquées et, d’autre part, toutes les marques ne sont pas idéales pour le nourrisson ou le jeune enfant.
La poudre issue de l’amande entière est un peu trop riche en lipides, un dégraissage partiel, notamment à froid, de la matière première convient mieux à la physiologie du nourrisson et prend en compte sa maturité digestive, tout en respectant les acides gras insaturés naturels bénéfiques des amandes.
Si les étapes nécessitant un chauffage ne sont pas maîtrisées par les fabricants, cela est dommageable aux nutriments thermosensibles comme les acides gras.
Le déshuilage partiel permet aussi de concentrer les minéraux et les vitamines ainsi que les protéines végétales de l’amande, dont les acides aminés sont particulièrement intéressants en termes d’allergie.
On trouve dans le commerce des préparations enrichies en acides gras polyinsaturés de type oméga 3. Dans tous les cas, il faut prévoir une supplémentassions journalière en acide gamalinolénique, en ajoutant 0,5 à 1ml d’huile d’onagre ou d’huile de bourrache. Un complément en vitamine D peut être nécessaire. Il existe un déficit en certaines vitamines D, B et C qui nécessite une supplémentation en cas d’utilisation exclusive de “lait d’amande” sur une période prolongée. La richesse en magnésium de l’amande est remarquable et d’autant plus intéressante qu’une majeure partie des bébés des hypersensibles naissent avec un déficit en magnésium. Un bol de lait d’amande au petit déjeuner apporte environ 100mg de magnésium.
Lors de la préparation du “lait d’amande”, on ajoute généralement de la maltodextrine (MD), nécessaire à l’instantanéité de la poudre. Le choix du sirop de riz est préférable à celle du maïs dont l’origine OGM n’est pas toujours certaine. Les personnes préparant leur « lait » elles-mêmes obtiennent un breuvage beaucoup trop riche en lipides et trop pauvre en glucides par rapport au lait maternel. Si elles ajoutent du sucre, cette boisson sera trop riche en graisses et en sucre : un piège à éviter en prévention des risques d’obésité de plus en plus d’actualité. Ce produit ne doit être réservé qu’à certaines recettes de cuisine.
Le lait d’amande a du mal à s’imposer dans la nutrition de l’enfant et du nourrisson. Nous espérons qu’une meilleure connaissance du produit, les recherches médicales et les travaux effectués par les fabricants pour en améliorer la qualité leur donneront la place qui leur revient.

Pour plus d’infos sur nos produits, consultez notre site internet.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »